François Brisson

François Brisson joue du crayon depuis son enfance. Après avoir fait du graphisme et de la bande dessinée (revue Titanic), son chemin a croisé celui des dessins animés, un domaine dans lequel il travaille depuis plus de 30 ans.

Peindre a toujours été une extension naturelle de son talent et c'est à Sutton qu'il décida de se joindre à la galerie d'art Les Imagiers pour exposer ses tableaux. Il connaît un bon succès et après dix années à gérer la petite galerie, il décida de fermer et de dévouer son talent entièrement à la peinture et le dessin, tout en continuant à travailler sur sa bande dessinée. Les couleurs vibrantes de ses huiles et le délire des bulles que demander de mieux.

Il a eu la chance de pouvoir participer au démarrage de l'industrie de l'animation au Québec et plus particulièrement à Montréal. Armé de son talent naturel, il a appris tous les rouages du métier en travaillant avec ardeur et passion afin d'approfondir ses connaissances et maîtriser ce domaine tout nouveau pour lui, allant de la simple intervalle à l'animation jusqu'à la réalisation.

Il a travaillé à la conception de plusieurs projets aux styles graphiques très variés mais aussi à la transposition au monde de l'animation.

Plusieurs séries ou films produits en dessins animés sont tirés de livres pour enfants, de jouets ou de BD. Le transfert vers le petit écran n'est jamais simple, mais il a réussi à le faire avec succès. Dans le livre sur l'histoire de l'animation au Canada, Cartoon Capers (McArthur and Company), l'auteure Karen Mazurkewich écrit: "François Brisson was a master of adaptation magic. It's not an easy task, especially when authors insisting upon creative control don't understand the problems inherent in transferring their drawings to animation".

Armé de cette expertise, il a été appelé à réaliser plusieurs co-productions internationales dont, Marsupilami, Robinson Sucroë, Ripley's Believe it or not, Vor-tech, Arsène Lupin et plusieurs autres dont Aventures dans le monde perdu de Sir Arthur Conan Doyle qui a reçu un prix Gémeaux pour le meilleure série en animation. Il a co-réalisé le film La guerre des tuques 3D qui a connu un énorme succès au Québec ainsi qu'à l'international. Il a été également impliqué dans la suite de ce film produit à Montréal.